MFR Verneil le Chetif Des formations aux métiers de la nature

Toute l'actualité

Toute l'actualité 2014-2015

13ème Forum des Métiers du Paysage


Réunion annuelle des professionnels du paysage sur le site de la MFR, Le 13ème Forum des métiers du paysage a réuni à la MFR 15 professionnels du paysage avec la classe de Première Bac Pro.

Cette manifestation annuelle de la filière avait comme thème cette année "Prise en compte de l'environnement dans un aménagement paysager"

Après un accueil des participants autour d'un café, MME POUPINEAU-BERTRON (présidente de la MFR) et Mme CHINAZZI (Directrice de la MFR) ont ouvert la manifestation.

Les jeunes ont ensuite présenté leurs projets en tables rondes et échangé avec les professionnels. Les projets portaient sur :
  • La création d'un arborétum
  • La revalorisation des entrées de l'établissement
  • La création d'un coin détente avec une collection de plantes vivaces
Après le repas, Mme LEVRARD,  Architecte paysager du CAUE, a porté son regard sur le 3ème projet .
 

Visite avicole pour les 1er CGEA

Dans le cadre du MAP avicole les jeunes ont visité 2 entreprises de production et de conditionnement des oeufs.

Cette activité lance le module MAP avicole avant le stage pratique de 3 semaines.
Mme LORIERE et Monsieur MAURICE de la SCEA les oeufs de Launnay ont présenté leur activité de poule pondeuse avec la particularité de produire sa propre énergie grâce au panneaux photovoltaiques.


 
L'après midi les jeunes ont découvert l'usine de tri et de conditionnement des oeufs de la SACOFEL à la BAZOGE (72) propriété des fermiers de LOUE.

Reportage LM TV sur l'usine SACOFEL la BAZOGE


Une nouvelle plateforme logistique à La Bazoge par lmtvsarthe-wizdeo

LA SECURITE ET LA SANTE AU TRAVAIL, LES JEUNES AUSSI SONT CONCERNES...

La sécurité et la santé au travail,

Afin de satisfaire aux exigences du programme de BAC PRO AGRICOLE (CGEA) dispensé sur 3 années à la Maison Familiale de Verneil le Chétif et pour que les jeunes puissent effectuer leurs stages dans de bonnes conditions de sécurité, les 17 élèves de seconde professionnelle, option productions animales ont participé à la journée annuelle de sensibilisation à la conduite d’engins au cours de laquelle 3 professionnels leur ont transmis leur savoir-faire.

L’activité s’est déroulée en 4 temps :  

Tout d’abord, Monsieur Pierre LEFEVRE de GROUPAMA qui était intervenu la semaine précédente en salle sur les règles de conduite à respecter avec des engins agricoles, questionnait les élèves  afin de vérifier leurs connaissances avant de leur faire passer le test de conduite.

Ensuite, Monsieur Hervé LE HENAFF, intervenant de la MSA sur la sécurité et la santé au travail a exposé aux jeunes les risques encourus lors de la manipulation du matériel.   

Une fois la théorie révisée, place à la pratique avec 2 types d’exercices. Chaque jeune doit d’abord réaliser un parcours « routier » avec un tracteur attelé, ce qui permet de tester réellement si le jeune applique bien toutes les consignes. Cet exercice est encadré par Monsieur Vincent LETESSIER de l’entreprise PEAN de Mayet qui prête le matériel nécessaire à cette journée.  

Enfin chaque élève devait déplacer 2 bottes de paille de 250 kg, avec un chargeur télescopique sous la surveillance de leur enseignant technique, Jean-Luc POUPON qui vérifie, de fait, l’aptitude du jeune à la conduite d’un tel engin.  

Au regard de l’enthousiasme des jeunes, cette journée a été très réussie et sera bien évidemment reconduite l’an prochain. 






INSTALLATION D'UN DEFIBRILATEUR AU SEIN DE LA MFR.


Le vendredi 10 octobre 2014, Ivanne CHINAZZI, Directrice de la MFR   
et Delphine BESCOND-DELAUNAY, formatrice en Sauvetage Secourisme du Travail, ont été reçues par les représentants de la MSA afin de recevoir un défibrillateur d'une valeur de 1 510 € HT, qui sera installé au sein de la Maison Familiale. A cet effet, une convention de mise à disposition gratuite a été signée entre la Présidente de la MSA Mayenne-Orne-Sarthe et la Directrice de la Maison Familiale. Ceci s'inscrit dans le cadre des actions mises en place par la MSA et qui visent à promouvoir la Santé Sécurité au Travail.  

TOUJOURS PLUS DE MOBILITE

Stage mobilité Bac Pro.

Comme tous les ans, les élèves de Bac Pro CGEA et AP sont partis en stage de mobilité du 15 sept au 11 oct. Jouer la carte de la mobilité, c’est avant tout montrer que l’on est prêt à partir loin de chez soi pour vivre une expérience professionnelle riche, mais c’est aussi faire preuve d’autonomie, et d’ouverture pour découvrir un patrimoine culturel riche et varié. 



Cette année, les élèves ont multiplié les destinations avec la Belgique, la Suisse, L’Angleterre mais aussi la Bretagne, la Normandie, la région Paca, ou encore l’Aquitaine. A leur retour, tous les élèves s’accordaient à dire que cette expérience de 4 semaines leur a été bénéfique à différents niveaux. Ils ont d’ailleurs pu faire part de leur ressenti lors d’une soutenance orale auprès d’un jury composé de professionnels et d’enseignants.

Une journée pour tester le matériel.

Le lundi 27 avril, l'entreprise Massey-Ferguson par l'intermédiaire de la concession ROMET basée à Gennes sur Glaize en Mayenne est venue animée une journée pédagogique.

La matinée s'est déroulée en salle avec dans un premier temps, la présentation de la gamme MF par Jérôme Fouchet, inspecteur commercial pour la région Ouest. Ensuite, Christophe Brindejonc, directeur commercial, nous a permis d'approfondir nos connaissances sur l'entreprise Romet en présentant ses différents services. 

L'aprés-midi, des activités pratiques étaient organisées sur le terrain de foot de la MFR sous forme de 4 ateliers.

Le premier, animé par Baptiste Harnois, qui était le coordonnateur de cette journée, concernait les nouvelles technologies en agriculture avec la présentation d'un épandeur à engrais piloté par la technologie Isobus.

Le second , piloté par Christian Cottineau, expert technologique chez Romet, montrait les points de contrôle pour un pulvérisateur et pour les engins de levage.

Ensuite, les jeunes passaient à la conduite d'un tracteur fourche sous la surveillance de Dominique Dubois, commercial MF à Bouloire.

Enfin, les élèves pouvaient s'exercer à la conduite d'un téléscopique sous la houlette de Jérôme Fouchet. 

Tous les élèves des classes de seconde et première Bac Pro CGEA(soit 36 jeunes) ont pu tourné sur ses 4 ateliers. 

Evidemment, les jeunes ont énormément apprécié cette journée en lien direct avec le cours d'agro-équipement et les travaux réalisés sur le lieu de stage.

Ce type d'actions pourra être reconduite l'année scolaire prochaine sans hésitation.


REMISE DES DIPLOMES DE LA PROMOTION 2013-2014

Vendredi 10 Avril, près d'une centaine de personnes réunies à la MFR pour la remise annuelle des diplômes.

Comme le veut la tradition, la MFR a organisé la cérémonie de remise de diplômes pour la promotion 2013-2014. Ainsi ont été remis le vendredi 10 avril dernier, les diplômes du CFG, DNB, BEPA et BAC PRO.

Cette année la formule a changé puisque cette rencontre a donné lieu à une soirée à part entière, en présence du Conseil d'Administration de la MFR presque au complet et de moniteurs. Près de 100 personnes étaient donc réunies, avec de nombreux anciens élèves et leur famille qui avaient fait le déplacement pour l'occasion.

Cette sympathique soirée, a permis de revoir les uns et les autres, de faire le point sur leur devenir, leurs projets, notamment les élèves de terminale BAC PRO qui ont définitivement quitté la MFR, vers d'autres horizons tels que la poursuite d'études en BTS, ou l'entrée dans la vie active.

Un cocktail a clôturé la rencontre, et nous renouvellerons l'opération l'an prochain.


                

Partenariat avec le Rotary Club

Un stage pour progresser...

Aurore BEAUREGARD et Laura JULIEN, élèves en Terminale Aménagements Paysagers, sont allées présenter aux membres du Rotary Club de Château du Loir, leur stage de 4 semaines, fait en octobre dernier sur l’Ile de Wight, en Angleterre. C’est en effet grâce au concours du Rotary, que depuis 4 ans maintenant, tous les ans 2 élèves de la MFR ont la chance de pouvoir effectuer un stage de 4 semaines au jardin botanique de Ventnor, sur l’île de Wight. Hébergés dans une famille d’accueil, les jeunes peuvent alors parfaire leur anglais et vivre à l’heure anglaise.

 

Certiphyto pour les Bac Pro CGEA

Nous avons organisé cette réunion en commun avec la MFR de Bernay car l'obtention du Bac Pro permet d'obtenir de droit le certiphyto. 35 élèves ont assisté à cette journée (20 premières CGEA de Bernay et 15 terminales CGEA de Verneil).

Le matin, Adrien Occre de la chambre d'agriculture est intervenu sur le thème environnement du certiphyto. Cela a permis aux jeunes de se faire une idée de l'état des lieux de l'utilisation des produits phytosanitaires.

Les autres thèmes du certiphyto ont été abordés précédemment dans le cadre des cours à la MFR de Verneil. A savoir, les méthodes alternatives à l'utilisation des produits phytos, les aspects réglementaires comme le registre phyto et le stockage des produits ainsi que les notions de santé et de sécurité comme le port des équipements de protection et les phrases de risques sur les bidons.

L'après-midi, Gérald Desvignes de l'union départementale des CUMA a réalisé un contrôle sur un pulvérisateur prêté par un maître de stage: Mr Ménager de Mayet.

Les élèves ont donc pu voir les différents points de contrôle réalisés sur un appareil de ce type. Ainsi les jeunes de Bac pro, cernent mieux l'approche des produits phytosanitaires et également l'utilisation d'un pulvérisateur tout en leur faisant prendre conscience des risques encourus.

Une délégation guinéenne rencontre les élèves de 4ème.

Pour leur dernière semaine de session à la MFR, les élèves de 4ème ont été les ambassadeurs de l’établissement le temps d’une soirée.

En effet ils ont accueilli une délégation guinéenne le 8 juin, venus en France du 6 au 12 juin pour découvrir la pédagogie de l’alternance dans les MFR de la Sarthe et de la Mayenne, en vue d’un partenariat futur, avec ces 2 départements, projet « MFR 53-72 / Guinée » mené aussi avec Coopération Atlantique Guinée 44 et Valérie Plougastel de l’Union Nationale des MFR.

Dans l’après-midi, les jeunes de 4ème répartis en 5 groupes ont préparé l’accueil de Madame Sylla Hadja M’Balou Fofana, agricultrice et directrice de la ferme école FABIK, Monsieur Alphaba Bayo, directeur national adjoint au Ministère de l’Enseignement Technique, de la formation professionnelle de l’emploi et du travail, Monsieur Sékou Berete, responsable du projet formation et insertion des jeunes ruraux de l’association « Coopération Atlantique Guinée 44″, tous les trois issus de la région de Boké et Kindia en Basse Guinée.

Chaque groupe avait préparé un thème : la présentation de la Sarthe, l’historique du Château de Mangé et de la MFR, le fonctionnement et les formations de la MFR, L’alternance et les stages. Le cinquième groupe, quant à lui, devait animer un débat avec un questionnaire sur la Guinée, afin de mieux connaître nos hôtes.

Pas moins de 25 questions ont été soumises à nos trois invités, rendant le débat riche d’échanges, d’anecdotes, et de découverte mutuelle.

Ainsi les élèves ont pu découvrir le temps d’une soirée, les réalités d’un autre continent, où l’agriculture est au cœur des préoccupations économiques et culturelles. Ils ont aussi mesuré au travers des témoignages, la chance qu’ils ont de pouvoir faire des études, et d’avoir un projet professionnel ce qui est loin d’être le cas en Guinée.

Nos jeunes ambassadeurs ont aussi préparé la salle de repas où la soirée s’est terminée par un dîner en commun, durant lequel un menu Sarthois a été proposé à la délégation.  


 


Compte à rebours vers le demi siècle..

Comme vous le savez tous, l’Association Maison Familiale Rurale de Verneil a été créée en 1968.







Mathilda, fleur de la passion ou passion des fleurs ?

En bouquet final de cette année scolaire 2014-2015, le témoignage de Mathilda Dirdin, 18 ans, ancienne élève de BAC PRO Horticole, à la MFR de Verneil de 2011 à 2014, ou comment « Réussir autrement... »

Eh oui ! Déjà quatre ans que j'ai mis mes deux pieds dans le monde professionnel et ma tête sur mes épaules.

Il y a cinq ans lorsque que je révisais avec rigueur mon DNB, si l’on m'avait dit que je deviendrai fleuriste et qu'avant cela, je ferai pousser des plantes en pots dans les champs, j'aurai répondu : « mais, vous vous moquez de moi ? ». Et pourtant tout était tracé.

Très scolaire, je souhaitais poursuivre en filière « G », faire de ma jeunesse, une brillante étudiante, cultivée, affamée de littérature, passionnée de théâtre et pourquoi pas devenir prof de lettres ou de théâtre.

 Arriva l'époque des fameux stages découverte de 3éme. Comme beaucoup je me demandais : « où je vais aller, quel métier ? » A mes heures perdues je crayonnais, je montais, fabriquais toutes sortes de choses, mais ce qui me plaisais le plus, c'était le grand air, la nature que je photographiais, quoi de plus naturel et poétique pour une littéraire ! 

Alors je me lançais, chez un fleuriste afin de découvrir un métier ou plutôt connaître le monde du travail. Une semaine difficile pour moi, être coupée du milieu scolaire et en activité debout toute la journée. Moi qui avais besoin de calme, j'avais aussi la douceur du métier. Ce manque fut vite comblé par le travail de la matière première. J’aime partir de rien pour obtenir quelque chose, et surtout respirer cette odeur de nature.  

On me proposa un 2èmestage, un mois et demi avant le Brevet, année cruciale, avec fierté, j'allais passer le premier examen de ma vie. Je choisis par le biais de l'action « Bravo les artisans » d’aller chez le même maître de stage. Et là, le plaisir de la matière, la technique de confection, la joie d'obtenir une création sont venus rejoindre mes réponses qui restaient incomplètes. C’était comme si j'avais toujours fait cela : les fleurs, les clients, les confections. Et me voilà partie, plus de manque, plus de fatigue, mais du plaisir et peut être un lien fusionnel qui se tissait entre moi et ce métier, une passion...  

A la fin de ce stage, ma motivation, ma volonté furent retenues par les organisateurs de l'action. Ils m'ont choisie pour témoigner de mon expérience, de mon ressenti sur les objectifs de « Bravo les artisans » lors de mon stage, et à L'Abbaye de Épau, au Mans, j’ai fait un discours devant de nombreux jeunes stagiaires de l'artisanat sarthois.  

De retour sur les bancs du collège de Pontvallain, très marquée de cette expérience, mon esprit était ailleurs. J’éprouvais à nouveau un manque, comme si les réponses à mes questions restaient obscures. Je n'étais plus aussi attentive qu'avant. Je délaissais mes révisions trois semaines avant le brevet. Mon comportement changeait, j'avais besoin de bouger, lassée d'écouter des profs à longueur de journée. Tout cela résonnais dans ma tête, assourdissant : « votre fille est une très bonne élève et a beaucoup de facilités, elle excellera très bien au lycée, mais une petite faiblesse ce fait ressentir sur son dernier bulletin » Moi qui criais au fond de moi : « Stop je ne veux plus de cours, je veux travailler…» Les autres élèves commençaient les pré-affectations, moi je n'étais même pas sûre d’aller dans le lycée de mon choix.  

J'ai réussi à me faire entendre. Enfin presque ! « je veux être fleuriste, faire un apprentissage...» Et là toujours les mêmes discours des profs : « tu sais le CAP, c'est ouvert en priorité aux élèves de SEGPA, ceux qui ont des difficultés. Tu devrais faire un BAC, tu as des facilités… » Mais à 14 ans, on ne décide pas seul, alors j’ai obéi et me suis retrouvée en  Bac Pro horticole, à la MFR de Verneil, un métier que je ne connaissais pas. Je me suis alors engagée sans savoir ce qui m'attendait, et me suis retrouvée en alternance. Mais j’ai éprouvé la joie de retrouver le milieu professionnel, désormais je ne tenais plus en place. Je pris goût à ce métier en harmonie avec la nature, la joie de travailler au grand air, de partir d'une graine pour obtenir une plante.  

Pendant trois ans, je me suis investie dans la vie de la MFR, l'internat, les services, les études, les sorties et une nouveauté les concours. En première BAC, je me suis inscrite au concours de communication du Rotary club. Il fallait écrire une lettre de motivation sur le métier de mes rêves, rien de mieux pour compiler mes deux passions. Je me suis prise au jeu sans objectif précis. Et là, surprise, ma lettre fut retenue pour l'oral. L'adrénaline de la quête de réussite était de retour et j’ai tout mis en œuvre pour faire au mieux : un discours professionnel, le partage d'un savoir-faire, l'amour d'une passion furent les principaux atouts de ma réussite. Le jour des résultats, l’excitation, le stress, l'impatience du verdict m’ont fait flotter dans les nuages, quel bien être ! Il ne restait que dix personnes avant le premier prix. A chaque fois qu'un candidat était appelé, mon adrénaline montait. A l'annonce du cinquième, la joie m’envahis. Plus que trois, je n'étais toujours pas citée, et ne comprenais pas. A peine j’ai eu le temps de réaliser, que j’étais appelée pour le premier prix. A ce moment-là, que je me suis dit : « c'est le premier concours que je fais mais les sensations me remplissent tellement de plaisir, que ce ne sera pas le dernier... »  

Avec ce concours et l'action de vente de plantes que j’avais faite, j'ai recueilli des fonds pour partir un mois en stage dans un jardin botanique en Angleterre, encore une fierté pour moi: avoir obtenu quelque chose par mes propres moyens. Ce stage m'a beaucoup apporté, notamment en maturité et en autonomie, surtout dans un pays étranger, un exercice pas facile.

2014, ma dernière année de Bac fut compliquée, il fallait que je change. J'ai ressentie la même chose qu’au moment du brevet. Mais là c'était le Bac, et je l’ai obtenu, avec mention. 

Mon année de terminale bien entamée, mon projet de fleuriste était plus que jamais d'actualité notamment avec le choix de mon stage dans une entreprise, mais où l'irrégularité des périodes de travail était pesante. J'ai décidé de combler cette inactivité en allant travailler en boutique où j'ai retrouvé le bonheur du métier de fleuriste. Mais, cette fois-ci plus personne ne m'empêcherait de passer un CAP. Alors, comme je le voulais, je l’ai fait sur un an. Difficile d'aller en cours tous les jours, moi qui sortais de l'alternance. Heureusement, des stages d'un mois à chaque fête en fleuristerie étaient planifiés. Les deux premiers trimestres se sont très bien passés. Je suis dans mon élément, et j'ai eu envie de pimenter ma formation avec un deuxième concours, celui des Meilleurs Apprentis de France.  

Le jour J arrivé, les épreuves départementales sont maintenant lancées. Toujours cette même sensation qu'au premier concours. J'ai pris mon pied ! Mais arrivée à la moitié de l'épreuve, très intense autant physique que moral, mes nerfs sont retombés. La suite des épreuves c’est bien déroulée. Puis, arriva l'annonce des résultats : 8 médailles de bronze, 2 d’argent et 1 d’or. Les qualifiés sont appelés un à un. Aux médailles de bronze, mon nom fut cité. Génial, moi qui ne m'était une fois de plus pas fixé d’objectif. Là, le ciel me tombe dessus, c’était une erreur qui me rendit tellement heureuse. Je réalisais que j’étais au moins médaillée d’argent, qualifiée pour les régionales. Argent, toujours pas citée, je suis bouleversée d’inquiétude. Médaille d’Or, Mathilda Dirdin, quelle joie, quelle surprise que je sois nommée. Toutes les émotions compressées en moi depuis le début du concours sont ressorties, un bien fou !

Maintenant l'année se termine, j’ai anticipé pour trouver un apprentissage et faire un Brevet Professionnel à la rentrée prochaine. J'ai présenté mon cv et une lettre de motivation à la boutique Lys Flore au Mans. Grâce à mon cv renforcé, stage en Angleterre, prix de la communication, Meilleure Apprentie de France Départementale, ma candidature fut retenue. Toujours la même volonté et passion du métier, j'ai passée un essai. Mon contrat vient tout juste d'être signé. Il ne me reste plus qu’à préparer les épreuves régionales des meilleurs apprentis de France.

 Mathida DIRDIN

 

 

 

RECOLTE DE GLANDS EN FORET DOMANIALE DE BERCE AVEC L'ONF

Les jeunes de 3ème récoltent des glands en Forêt de Bercé avec l’ONF